Impacts des staffs EPP sur l'amélioration de la prise en charge des patients

Contexte

En 2016 au CHU de Bordeaux, le taux de prévalence des patients opérés, toutes spécialités confondues, présentant une infection du site opératoire (ISO) était de 6%. Avec l'objectif d'optimiser la qualité de prise en charge des patients, l'équipe de chirurgie thoracique a initié l'analyse systématique des cas d'ISO compliqués et/ou évoluant vers un décès.

Méthode

Les équipes médicales (chirurgiens et MAR) et paramédicales de chirurgie thoracique et de l'Equipe Opérationnelle d'Hygiène (EOH) se réunissent de façon quadrimestrielle pour une revue des dossiers clôturés d'ISO sélectionnés par les chirurgiens.

Le staff EPP suit la méthodologie de la HAS. L'analyse des dossiers se fait collectivement, en se référant à des recommandations de bonnes pratiques, conférences de consensus, articles, avis d'expert . Il s'agit d'analyser les champs en interaction (organisationnels, techniques et humains) ayant conduit aux complications observées. De cette analyse émerge des actions d'améliorations qui sont priorisées.

Résultats

L'analyse de ces dossiers a conduit à plusieurs actions :

• des actions générales de bonnes pratiques concernant le comportement et la tenue au bloc opératoire, la préparation cutanée de l'opéré, le choix des champs à inciser, les conditions de sortie des patients après chirurgie lourde, la traçabilité
• des actions de réponses à des dysfonctionnements comme l'absence d'étanchéité des casaques opératoires, le maintien des housses de protection des caméras, les agrafes stériles non adaptées aux chargeurs
• des actions liées aux profils des patients : prise en compte de l'obésité (aide à la toilette, adaptation de l'antibioprophylaxie), dépistage pré-opératoire du diabète, maintien de l'équilibre glycémique péri-opératoire, recherche d'antécédents d'infections à S. aureus ou de lésions cutanées suspectes
• des actions liées au type d'intervention : dépistage de S. aureus chez les patients opérés d'une pneumectomie ou de pose de matériel étranger, avec l'objectif d'une décolonisation en cas de portage positif, voire d'une adaptation de l'antibioprophylaxie en cas d'identification d'un SARM.

Conclusion/perspectives

Ces réunions permettent d'identifier des axes d'optimisation de la prise en charge des patients et renforcent la collaboration entre les différents services au bénéfice de ces patients.

 

Retour vers le programme du congrès

Copyright 2020 AFICCT