Que retenir de dix années de surveillance des ISO profondes en chirurgie cardiaque

Introduction/objectif du travail

Surveiller les infections profondes du site opératoire (ISO) est un enjeu indispensable dans la gestion du risque infectieux en établissement de santé et plus particulièrement en chirurgie cardiaque. L'objectif de ce communiqué est d'expliquer la méthodologie adoptée, en coordination étroite avec les chirurgiens avec quels atouts et quels résultats.

M&M

La surveillance de cette activité chirurgicale, initiée dès 2005, avec le réseau ISO dans un premier temps (1 trimestre/an), est devenue continue avec une méthodologie identique depuis 2010. Le signalement des médiastinites à l'équipe opérationnelle d'hygiène hospitalière (EOHH) est effectué par le chirurgien lors de la reprise chirurgicale au bloc. Un outil d'investigation des facteurs de risques construit avec le chirurgien (sexe, âge, comorbidités, euroscore.) est alors complété par lui et transmis à l'EOH. En parallèle, le nombre de sternotomies réalisées est requis trimestriellement auprès du département de l'information médicale (DIM). A l'aide de ces diverses données, le taux d'ISO est calculé (Nombre d'infections/Nombre d'opérations) et une revue de morbi-mortalité (avec chirurgien, cadres et IDE, réanimateurs et EOH) est organisée annuellement, pour comprendre les causes d'infection et ajuster la prévention. Le suivi en continu, en lien direct avec les chirurgiens, nous permet, en cas d'augmentation des médiastinites, d'anticiper la RMM et d'auditer alors les pratiques de chacun des acteurs en pré-, per-, et post opératoire : audit des pratiques au bloc opératoire, en réanimation, en chirurgie : préparation cutanée, pansement, drainages, tenue chirurgicale, antibioprophylaxie… La procédure de prise en charge de l'opéré cardiaque, rédigée ensemble, décrivant la prévention du risque infectieux sur l'ensemble des étapes, est notre référentiel ; ont été inclus au fil des ans, dépistage préopératoire du staphylocoque doré et recours aux antiseptiques, entre autre.

Résultats

Environ 900 sternotomies par an sont réalisées dans notre établissement de santé (moyenne 2010-2016 ; [min 846 -max 953]). Le taux habituel d'ISO entre 2010 et 2016 est en moyenne de 1% [0.65% min-2.38% max]. Une augmentation de 58% du taux [1.24% à 2.38%] a été constatée en 2013 ; l'investigation a conclu à un changement simultané de pansement post opératoire et la suppression des antiseptiques. Durant le 1er semestre 2017, une augmentation des ISO [0.65% à 2.26%] nous a conduits à une investigation encore plus complète. Parmi les nouveaux outils utilisés, une requête auprès du DIM, concernant les interventions par opérateur : exploitée et croisée avec des écarts observés au bloc opératoire (concernant le temps de séchage de champ opératoire notamment), elle a pu susciter échanges ciblés et modifications bénéfiques des pratiques.

Discussion/Conclusion

Notre surveillance continue des médiastinites est une pratique pérenne pour la chirurgie cardiaque dans notre établissement. Le taux de médiastinites est similaire au taux de la littérature (environ 1%). Notre étroite collaboration avec les chirurgiens, l'ensemble de l'équipe et le DIM est essentielle. Une confiance s'est établie n'évitant hélas, pas les aléas, mais constituant un moyen d'alerte sans délai, dès qu'un incident survient, afin de perfectionner les pratiques de prévention et d'éviter cette redoutable complication pour les patients

 

Retour vers le programme du congrès

Copyright 2018 AFICCT